PROTHESE DE GENOU

Si votre douleur de genou est liée à une usure importante et que la gène ressentie altère fortement votre quotidien, votre chirurgien peut vous proposer la pose d’une prothèse de genou. Il en existe deux grands types : la prothèse totale de genou et la prothèse unicompartimentale.

 

La prothèse totale de genou (PTG) est une chirurgie assez lourde. Durant cette intervention, le chirurgien va remplacer l’ensemble du cartilage de votre genou. On retire également le ligament croisé antérieur et souvent le ligament croisé postérieur. Au vu de l’importance de cette chirurgie, il faut par la suite que votre genou s’adapte à sa nouvelle anatomie, ce qui est assez difficile. Le retour à domicile est souvent possible, si le patient est bien entouré et que l'état général et celui du genou en pré-opératoire ne sont pas très mauvais. Dans ces cas, on propose parfois que le séjour à la clinique (5 à 8 jours en moyenne) soit suivi d’une rééducation en centre pour obtenir un résultat optimal. Le risque est que vous n’obteniez pas une flexion satisfaisante (>90° à 6 semaines), ce qui nécessite parfois une reprise au bloc opératoire pour aider le genou à plier sous anesthésie. On peut souvent obtenir 110° de flexion à terme, ce qui permet de mener une vie quotidienne satisfaisante (escaliers, vélo…).

 

La prothèse unicompartimentale de genou (PUC) est une chirurgie plus légère pour le patient. Par une incision souvent plus courte, le chirurgien ne va remplacer le cartilage que sur la zone usée (interne ou externe). Il est bien évident que cette chirurgie ne s’adresse pas à tous les patients, mais seulement à ceux qui ont une atteinte limitée à un seul coté (environ 40 à 50% des patients). Le but est de ne pas changer la cinématique du genou pour obtenir une fonction encore plus proche d’un genou non prothésé. Cette chirurgie est légèrement plus difficile techniquement, mais les résultats sont souvent plus satisfaisants. La rééducation est plus simple et peut parfois être réalisée sans aller en centre de rééducation. A terme, le ressenti est souvent bien meilleur qu’avec une prothèse totale de genou. Le genou est parfois oublié, ce qui n’est jamais le cas après la pose d’une prothèse totale de genou.

 

Le but principal de la prothèse de genou, quelle qu’elle soit, est de diminuer votre douleur, et de ce fait augmenter la qualité de vie des patients. Ceux-ci retrouvent cependant rarement un genou « normal». C’est une notion très importante à comprendre avant d’accepter l’intervention. Dans le cas où la demande fonctionnelle n’est pas en rapport avec ce que la chirurgie peut apporter, le résultat sera considéré comme moyennement satisfaisant par le patient. De même, il ne faut surtout pas comparer le résultat d’une prothèse totale de hanche avec celui d’une prothèse totale de genou, car la hanche se prête beaucoup mieux que le genou à la prothèse.

 

Les risques sont les risques classiques d’une chirurgie prothétique. Ils sont moins importants en cas de pose d’une prothèse unicompartimentale (moins d’infection, de saignement, de raideur).

 

La durée de vie des prothèses est bonne. Si l’on exclue les quelques cas de reprise précoce dus à une complication, on peut estimer la durée de vie à une vingtaine d’année (les récentes études estiment que l’on obtient entre 85 à 95% de réussite à 15 ou 20 ans).

1/6
  • Facebook Social Icon